Page 9 - aoton-2013
P. 9

Ein  tsertseint,  ein  dèveseint,  ein  recordeint,  l’ètâi  arrevâ  à
         einretsî bâogrameint lo dèvesâ de noûtron terriâo. Cein qu’on
         pâo  pas  dere  ice,  l’è  la  portâïe  que  l’a  z’u  su  on  mouî  de
         précaut  dâo  tienton,  pè  lo  bié  de  son  instrucchon,  pè  sa
         retsertse dâo bî, pè sa dâoceu. »
         On  sècond  lâivro  de  gandoise  l’a  ètâ  imprimâ  quauque
         z’annâïe  ein  aprî  que  l’a  z’u  sobrâ,  cein  vâo  à  dere  dein
         l’annâïe 1954, avoué lo titro « La Veillà à l’ottô ».
         Por cein que l’ètâi on gratta-papâi de sorta, Marc à Luvi l’a
         eimpatsî que lo patois sobrèye pllie toû. L’è li que l’a balyî
         à sta leinga –quâsu pi dèvesâïe- sa valeu. Sè z’idé vegnant
         à  li  de  cein  que  savâi  accutâ  et  osservâ  clliâosique  que
         l’ètant dèveron de li. On mot drôlo, onna repipâïe et vaitcè,
         onna novalla gandoise l’ètâi vegnâte âo mondo. D’aprî on
         papâi  de  sa  felhie  « L’avâi  rein  qu’à  laîssî  dèvesâ  son
         ârma  de  Vaudois,  de  Dzoratà  et  de  fe  de  payîsan
         amouâirâo dâo vîlyo dèvesâ dâi z’anchan Savegnotî  que
         vegnant discourî avoué lo Segrètèro à la vîlye Bouteca ».
         Mâ,  Marc  à  Luvi  crâyâi  pas  veretâblyameint  à  l’ein  aprî
         dâo patois. Quauque tein dèvant que sobre, l’a de :
           -  Lo patois sobre et, avoué li, « lo povâi dâi Vaudois ».
         Qu’è-te que volyâve dere avoué cein ? Pas lo povâi que l’è
         la dominachon, bin sû, mâ lo povâi que vâo à dere cein que
         l’è veré, cein que vin de tot lyein, dâo prèvond.  Mâ, tot
         parâi, mîmameint se lo patois l’è pllie rein mé dèvesâ, lo
         gran de sau dâi gandoise à Marc à Luvi continuant d’habitâ
         hirâosameint lo prèvond dâi Vaudois.
         Por ma pâ, cein sant avoué dâi coterd que y’é u z’u avoué
         Frederi  Duboux,  sti  grand  Patoisant  que  l’a  ècrit  lo
         dicchounèro, que y’é quemincî  à m’attatsî âo patois. L’è à
         li  que  dusso  de  dècèlâ  la  sutilitâ  de  sti  dèvesâ,  et


         	                             8	
   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14