Page 8 - aoton-2013
P. 8

Adan,  l’è  pas  supregneint  qu’avoué  onna  conteneince
         dinse,  Marc  à  Luvi  l’a  pas  approvâ  lè  dzein  que
         l’ordounâvant dâi lâi por dèveintsî  de dèvesâ lo patois dein
         lè  z’ècoûle.  Bin  âo  contréro.  Marc  à  Luvi  s’è  dèmenâ
         avoué tot son tieu, tota s’n âma, por vouardâ tot cein que
         dâi z’autro voliant fotre bas, lo dèvesâ dâo terriâo. Adan,
         du 1903 tant qu’à 1934, Marc à Luvi l’a ècrit dâi gandoise
         dein lo Conteu vaudois, cein vâo à dere dâi risârde, avoué
         dâi syndico, dâi menistre, dâi  Vaudois, dâi dzûdzo. Et pu
         Marc à Luvi l’a onco âovrâ por lo Glossaire dâi Patois de
         la Suisse remanda, por l’Armanà dâo Messadzî  cantchâo
         et  por  la  Folhie  de  Losena.  La  brassâïe  de  sè  melliore
         gandoise l’a fini pè fére on lâivro que l’a à nom « Por la
         Veillà »  et  que  l’a  ètâ  publiyî  ein  1950  avoué  la
         bènèdicchon  dâo  Dèpartemeint  de  l’Instrucchon  publica.
         Quinna affanâïe ! Quin mereto ! Respet à vo Marc à Luvi !
         Mâ,  maulhirâosameint,  Marc  à  Luvi  l’a  sobrâ  lo  forî  ein
         aprî et Radio Losena, dein s’n èmechon « Lo micro dein la
         vyà » lâi a reindu on hommâdzo bin meretâ :
         « Lâi  a  dâi  dzein  tellameint  bon,  tellameint  plliein  de
         dzeintelyesse, tellameint gènèrâo qu’on ne pâo pas èmadzenâ,
         quand on è accotemâ à lâo preseince, qu’on bî  dzo vant sobrâ
         et que no faudra lâo dere on derrâi hommâdzo. L’arâi pas cein
         amâ –sti mot- noûtron bon Marc à Luvi, na, l’arâi pas amâ sti
         mot d’hommâdzo ! A co faut-te s’adressâ ora por trovâ lo mot
         djusto, lo mot patois, ein li-mîmo simplyo, que vâo tot dere et
         bî, du que Jules Cordey que, onco hiè, fasâi sa pècourâïe avoué
         quauque z’ami, l’è abadâ por adî.
         N’ein  avâi  min  quemeint  Jules  Cordey  por  cougnâitre  clliâo
         z’esprèchon ein patois. L’avâi la seinsibilitâ, l’avâi fé lo tor dâi
         risârdè dâi Vaudois.


         	                             7	
   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13