Page 7 - aoton-2013
P. 7

Niâ	la	dzerba	

         « Niâ  la  dzerba… »,  l’è  onn’esprèchon  avoué  laquinna  on
         syndico  de  Savegny  l’avâi  cotema  d’eimballâ  on  affére,  de
         cllioûre onna babelye.
         Adan, du que y’é ètâ approutchà por reindre hommâdzo à
         Marc  à  Luvi,  dein  sta  dzornâïe  dâo  soissantiémo  de
         l’AVAP, vu coudyî à mon tor « niâ la dzerba ».
         Hommâdzo à Marc à Luvi
         Du que fé eimpartyà de l’AVAP et du que ye dèmâoro à
         Savegny,  mè  revîgnant  l’honneu,  lo  dèvâi  et  assebin  lo
         plliésî  de  reindre  on  hommâdzo  à  onna  persena  que  l’a
         represeintâ âo pecolon lo patois. A co faut-te s’adressâ ora
         por trovâ lo mot djusto, lo mot patois, ein li-mîmo simplyo,
         que vâo tot dere Bouteca (la Bouteca l’ètâi on eindrâi por
         atsetâ  dâi  provejon,  lo  necesséro  por  lo  mènâdzo).  La
         Bouteca l’ètâi eintre la cura et l’hotè dâi z’Alpè à Savegny.
         Jules Cordey l’ètâi lo premî d’onna famelye de nâo bouîbo.
         L’a  frequeintâ  por  quemeincî  l’ècoûle  de  son  velâdzo  de
         Savegny, pu l’è devegnu règent et pu ein aprî inspetteu dâi
         z’ècoûle.  Ein  mîmo  tein,  dècoûte  son  metî,  Jules  Cordey
         l’a assebin ècrit su lè papâi por cein que l’amâve tot plyein
         son  velâdzo  de  Savegny  et  espèchalameint  lo  dèvesâ  dâi
         dzein  que  dèmorant  lé,  lo  patois.  Tot  dzouveno,  Marc  à
         Luvi  l’a  montrâ  onn’èplyâi  à  rèplliquâ  que  l’ètâi  pas
         ordinéra. L’ètâi on tot fin. On èseimplyo, cllique racontâ pè
         son névâo Albè.
         « On vépro, à sè nâo boute cutsî ein amont à l’ètâdzo, lo pére
         de famelye lâo z’a criâ :
             -  Que lo bon Diû sâi avoué vo !
         Et Jules (Marc à Luvi) de rebrequâ :
             -  On è prâo serrâ dinse ! »
         	                             6	
   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12