Page 3 - aoton-2013
P. 3

à bon martsî ; et dâi bouteque pllieine de martchandi et de
         tsaland ? Poû mè tsau !
                L’ant trovâ, pè Carrodze, âi Couâiroz, on Robè Dyé
         que, annâïe aprî annâïe fâ dâo vin-couâi, mîmameint, dâi
         yâdzo, de la cougnârda. Adan, sant vegnu et ant filmâ du lo
         matin, à la prim’auba, l’allumâdzo dâo fû dèso la tsaudâire
         de quatro ceint-cinquanta litro de pètâo de ponme dâocettè.
         L’ant tot chèvu, tant qu’à la né nâire ; assebin, la veillà tot
         à  l’eintor  dâo  fû,  avoué  lè  gandoise  et  lè  racontâdzo.
         Dinche, tant que vè lè nâov’hâorè.
         Fin de la premîre ècoutchà.

         Èpu la sèconda, ein 2013.
               On  bocon  pertot,  dâi  z’affetse :  « Venîde  trétotè  et
         trétî à noûtra né de la rèsenà ! ». « Fîta dâo vin-couâi, tant
         qu’à  l’auba,  saucesse  âi  tchou,  raclette,  la  premîre  l’è
         offerta ». « Por vo retsaudâ, vo faut venî prî dâo fû. Cein
         l’è possiblyo du la né tsesâte tant qu’âo leindèman. À 10
         hâore, veinta de la resegnà novalla tota tsauda.  À midzo,
         sâocesson couâi dein la cheindre. »

                           o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o
               Âi-vo cein yu ? Lâi a cinquanta annâïe, falyâi tsertsî lo
         derrâi vin-couâirâo, et ora, l’è la granta moûda.

               Et mè, moûso à noûtron patois. L’è âo rancot. Binstoû,
         tot sarâ fini, que diant. Tè faut pas cein crâire. Clliâo que
         sant  allâ  pè  Bulle,  clliâo  que  sant  vegnu  pè  Savegny  lo
         savant. Lâi a oncora po no dâi bî dzo derrâi lè montagne.
                                                                     P.Dyé
                                           	
                                           	

         	                             2	
   1   2   3   4   5   6   7   8