Page 2 - aoton-2013
P. 2

Belliet de la


                                      rèdacchon



                                    	
         Vin-couâi, resegnà, cougnârda, remoille…. et patois.
         Ein dûve z’ècoutchà.

         La pemîre, aleinto de 1960.
                 La tèlèvijon l’è oncora nâir’ et blyantse. Tsertse cein
         que faut montrâ à travè lo quienton. Tot budze tandu clliâo
         z’annâïe,  tot  va  trâo  rîdo,  tot  tsandze  et  la  vyà  dâi  dzo
         d’antan  fo  lo  camp.  Tot  cein  que  noûtrè  z’anchan  l’îrant
         accotemâ  de  fére  tsî  que  bas.  Èseimplyo :  lâi  a-te  oncora
         quauqu’on que fasse dâo vin-couâi ?
                 Qu’è-te que cein ? Vo cein séde pas ? P’tître que vo
         dite « resegnà ». L’è tot dâo mîmo, bounet blyan et blyan
         bounet.  Mâ,  lè  resegnâre  et  lè  vin-couîrâo  sant  adî  à  sè
         trevougnî.
          -  Ton vin-couâi, l’è pas fé avoué dâo vin, mâ avoué dâo
              pètâo, dâo dju de pere âo bin de ponmè.
          -  Te  vâo  no  fére  à  crâire  que  te  couâi  de  la  mauda  de
              resin dein ton tsaudèron ? Bâogro de dzanlyâo !

                Adan,  revegnein  à  noûtra  tèlèvijon  que  tsertse
         quauqu’on quauque pâ que fâ oncora st’affére. Por respètâ
         et honora ‘nna cotema dâi z’anchan ? Âo bin po cein que
         l’è on poûro coo que l’a pas oncora comprâ qu’âo dzo de
         vouâi, lâi a dâi pucheinte fabreque que fant de la morâofya



         	                             1	
   1   2   3   4   5   6   7